La date de l’ouverture de la Banque nationale de développement agricole est connue

0
56

Dans une rencontre avec les hauts cadres du ministère de l’Agriculture, des Ressources naturelles et du Développement rural (MARNDR), le titulaire de cette institution, Jobert C. Angrand, annonce l’ouverture de la Banque nationale de développement agricole (BNDA) pour le 1er mai 2020. C’est un outil qui va booster la production agricole dans le pays. Ce sera l’occasion de mettre de côté toutes les initiatives disparates concernant ce sujet. C’est pourquoi le ministre en a profité pour annoncer que le Bureau du crédit agricole (BCA) de l’institution n’accordera plus de crédit à partir de cette année.


Plus de cinq ans après la restitution de l’étude sur le crédit agricole en novembre 2014, les autorités du pays décident enfin de lancer la banque qui devrait se charger du crédit dans le secteur agricole. L’on est en train de mettre les bouchées doubles afin d’y parvenir. Les premières sources de financement de cette banque sont identifiées et les structures d’accueil connues. Le conseil d’administration de cette banque sera composé des ministres de l’Économie et des Finances, de l’Agriculture, de la Planification, du gouverneur de la banque centrale et d’un représentant du secteur agricole.

Selon les précisions du ministre de l’Agriculture, les bureaux agricoles communaux joueront un rôle important dans le fonctionnement de la BNDA. Il est prévu d’embaucher cinq directeurs et 95 officiers de crédit et ces officiers, explique M. Angrand, seront logés au niveau des 95 bureaux agricoles communaux, à raison d’un officier par BAC. Les cadres de la banque au niveau central viendront en support au cas où il y a des complications dans le traitement des dossiers.  

Le ministre invite les cadres du bureau de crédit agricole du ministère de l’Agriculture à se porter candidats pour les postes à pourvoir car tout laisse croire que c’est à partir d’un concours ouvert qu’on va  recruter le personnel de la banque. Ainsi, l’expertise de ces cadres pourrait être un plus pour l’institution et pour le secteur agricole vu leur expérience dans ce domaine depuis plusieurs années.  

La première source de financement de cette banque est déjà identifiée. Dans une rencontre au palais national, le président de la République Jovenel Moïse  a précisé qu’un montant de 500 millions de gourdes issues du Trésor public sera attribué comme fonds de départ. Mais, il n’écarte pas la possibilité d’utiliser d’autres fonds pour faire fonctionner cette structure car le secteur a un besoin immense de financement, quoique ce soit de loin le plus grand problème de ce secteur.

La mise en place de la BNDA poursuit, explique-t-on,  un triple objectif. Depuis la présentation du projet en 2014, il était question de tout mettre en œuvre afin de promouvoir une agriculture rentable, productive et performante susceptible de répondre aux besoins nutritionnels de la population à la fois en qualité et en quantité suffisante.

Ainsi, les taux d’intérêt qui seront pratiqués seront pour le moins abordables. Les responsables parlent de 6% pour les filières prises en compte par la circulaire 113 de la Banque de la République d’Haïti et de 12% l’an pour les autres filières. Plus qu’un outil, la banque constituera une bouffée d’oxygène pour les milliers de producteurs et entrepreneurs qui ont du mal à trouver du crédit à cause des problèmes auxquels est confronté le secteur.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here